Anthropologie classique (biblique, spirituelle, philosophique)

Cet item est à vendre au prix de 40 $

Pour commander: simplement nous faire parvenir le montant (pour les modalités, voir avec nous, il y a diverses possibilités) avec votre commande, nous indiquant les items que vous désirez. Immédiatement après avoir reçu le paiement, nous vous ferons parvenir le(s) fichier(s) informatique(s) (pour les modalités, voir avec nous, il y a diverses possibilités).

Présentation résumée

Il s’agit ici d’une formation multimédia (durée : 3h24), de niveau universitaire (premier cycle), également assez accessible pour d’autres publics.

Qu’est-ce qu’un être humain ? Comment est-il composé ? Quelle est sa finalité ? Quelles sont les facultés de son âme ? Autant de questions qui seront abordées durant cette formation.

En tant que fidèles catholiques, comment devons-nous concevoir l’être humain, à partir des officielles références bibliques, philosophiques et spirituelles, telles que mises en relief dans l’enseignement officiel de l’Église Catholique ? Des généralités à des particularités, des périphéries au centre, de l’extériorité à l’intériorité, etc., le présent enseignement nous conduit pas à pas selon une certaine logique pédagogique de pèlerinage

Mise en contexte

Créé initialement à l’Image et à la Ressemblance de Dieu (cf. Gn 1, 26-27), l’être humain a été « défiguré » par/depuis le Péché Originel… Dieu n’a pas abandonné l’être humain, ni son projet sur lui[1]… C’est par l’Amour (l’Esprit Saint), au sein de la relation d’Alliance Nouvelle et Éternelle avec Dieu (par/en/avec Jésus-Christ), que s’accomplit la sanctification de l’être humain[2]… Dans cette dynamique sotériologique (relative au salut) unitive et conformante, il est impératif de bien comprendre le projet créateur de Dieu concernant l’être humain… « Dieu nous a créé sans nous, mais ne nous sauvera pas sans nous » (saint Augustin).

L’enseignement proposé ici permet donc de comprendre ce à quoi nous sommes appelés (l’être humain, Image et Ressemblance de Dieu, rendu participant de la Vie Divine) ; comment se réalise en l’être humain la sanctification (la part de Dieu, ainsi que la nôtre) ; comment donc, pour notre part, entrer consciemment et activement dans la dynamique du salut (sanctification) ; etc. En plus de donner de solides et indispensables connaissances fondamentales (dans un but pratique) quant à la spiritualité en son aspect unitif (voie de l’intériorité)[3], cette formation permettra également de mieux situer le discernement spirituel et le combat spirituel (autres enseignements à venir).

Contenu – matières abordées

En termes de contenu, nous examinons d’abord l’être humain composé d’un corps et d’une âme rationnelle et spirituelle. Nous comprendrons vraiment mieux la différence spécifique entre l’être humain et les autres créatures vivantes (par exemple animales)… Nous ferons ensuite un pas de plus en allant voir ce qu’est spécifiquement l’âme humaine, spécialement en ses facultés (puissances) et opérations… Ramenés ensuite à une vision intégrale de « tout l’homme », nous entrerons dans les considérations de la « vie de l’esprit », de la « Vie dans l’Esprit »… Ainsi, nous serons introduits d’ores et déjà en plusieurs éléments fondamentaux de la vie et du cheminement spirituel.

En somme, parvenus là, au terme de la présente formation qui vous est ici offerte, un constat se fait tout naturellement : sans tout ce « bagage », pourtant encore introductif (bien étoffé ici), les fidèles catholiques d’aujourd’hui (du moins ici au Québec) n’ont semble-t-il pas suffisamment les bases minimales nécessaires pour entreprendre un cheminement spirituel plus approfondi ; dû à l’analphabétisme religieux et surtout spirituel, ils demeurent trop souvent au « petit lait » des nourrissons (cf. Hébreux 5, 13-14) et sont incapables d’entrer dans l’enseignement de spirituels reconnus dans la Tradition Vivante de l’Église, de profiter de cet enseignement balisé (une nourriture davantage consistante)… Sans les concepts élémentaires fondamentaux classiques, on ne peut pas comprendre de manière suffisante les écrits (et donc les riches enseignements) d’une sainte Thérèse d’Avila, d’un saint Jean de la Croix, etc. Nous restons « en dehors » faute d’avoir les clés d’accès pour la compréhension, visant le vécu spirituel expérientiel. C’est en définitive à cette difficulté que la présente formation vient répondre ; avec un certain sentiment d’urgence si l’on considère l’enjeu du salut et ce que cela suppose en termes de cheminement spirituel en cette vie ici-bas.

Par Jean-René Duchesneau, Communauté de l’Amen

_______________

[1]     *« Ceux que d’avance il a connus, il les a aussi prédestinés à être conformes à l’image de son Fils, afin que celui-ci soit le premier-né d’une multitude de frères […]. » (Rm 8, 29) En tant que « Premier-né d’entre les morts (cf. Col 1, 15-18 ; Ap 1, 5) », le Christ est la forme exemplaire de l’humanité rachetée.

*Pour qui s’intéresse spécialement à cette réalité « Dissemblance/Ressemblance », celle-ci est d’ailleurs un thème bernardin (saint Bernard de Clairvaux) par excellence !

[2]     Pour développer quelque peu ici :

*La ressemblance au Verbe (mystique de conformation) s’effectuera par l’union à Celui-ci (mystique nuptiale), et sera opérée par l’amour transformant (la Grâce sanctifiante ; l’Esprit Saint). (Cf. C.-A. Bernard, s.j., Le Dieu des mystiques II. La conformation au Christ, Paris, Cerf, 1998, p. 79).

*L’union transformante, devient conformation – « union conformante » – c’est-à-dire une transformation progressive en la ressemblance au Christ.

*Ce thème de la transformation sera particulièrement présent chez saint Jean de la Croix : « Le thème central de cette doctrine pourrait être celui de la transformation en Dieu au moyen de l’amour. » (C.-A. Bernard, s.j., Le Dieu des mystiques I. Les voies de l’intériorité, Paris, Cerf, 1994, p. 482. Voir aussi p. 408. + Cf. C.-A. Bernard, s.j., Le Dieu des mystiques II. La conformation au Christ, Paris, Cerf, 1998, p. 564, 637. + Cf. C.-A. Bernard, s.j., Le Dieu des mystiques III. Mystique et action, Paris, Cerf, 2000, p. 159).

*« […] Comme le feu transforme en lui tout ce qu’il touche, l’Esprit Saint transforme en Vie divine ce qui est soumis à sa puissance. » (Catéchisme de l’Église Catholique n° 1127).

*Par l’Amour de Dieu, le disciple est transformé afin de devenir semblable à l’Époux. « […] la vie spirituelle consiste à accéder à la ressemblance de Dieu au moyen de l’amour […]. » (Guillaume de Saint-Thierry, cité par C.-A. Bernard, s.j., Le Dieu des mystiques I. Les voies de l’intériorité, Paris, Cerf, 1994, p. 279. + Cf. C.-A. Bernard, s.j., Le Dieu des mystiques I. Les voies de l’intériorité, Paris, Cerf, 1994, p. 308, 482. +  Cf. C.-A. Bernard, s.j., Le Dieu des mystiques II. La conformation au Christ, Paris, Cerf, 1998, p. 79, 648-649 (sainte Thérèse d’Avila). + Cf. C.-A. Bernard, s.j., Traité de théologie spirituelle, Paris, Cerf, 1986, p. 104).

*En effet, « L’amour rend semblable à ce qui est aimé. » (C.-A. Bernard, s.j., Le Dieu des mystiques I. Les voies de l’intériorité, Paris, Cerf, 1994, p. 308).

[3]     *Nous rejoignons ici l’école de spiritualité carmélitaine en son développement plus spécifiquement sanjuaniste (saint Jean de la Croix) et thérésien (sainte Thérèse d’Avila).

 

© Copyright 2017 – Jean-René Duchesneau, Communauté de l’Amen